Allergies de contact : la méthylisothiazolinone

Voici un an, le 12 février, que l’utilisation de la méthylisothiazolinone et de la méthylchloroisothiazolinone dans les produits non rincés a été interdite par la Commission Européenne. Cette décision a fait suite à la forte augmentation du nombre d’allergies de contact à ces molécules au cours des dernières années, après qu’elles sont fréquemment venues remplacer d’autres conservateurs en disgrâce comme les parabènes.

Mais la méthylisothiazolinone reste présente dans divers produits ménagers (liquides ou gels nettoyants de surfaces, lingettes nettoyantes, lessives, adoucissants, liquides vaisselle), dans des produits d’hygiène (savons, gels douche, shampooings, crèmes ou mousses à raser, produits de soins pour la peau, lingettes, …) et même dans des produits industriels et/ou de bricolage comme des colles, vernis, laques, peintures ou huiles de coupe.

Elle est donc un allergène de contact ubiquitaire, le plus souvent responsable d’un eczéma de contact typique, et certaines localisations ou circonstances de survenue peuvent être déroutantes. De l’eczéma péri-anal, périnéal ou du siège lié à l’emploi de papier toilette ou de lingettes humides chez l’enfant, à l’eczéma des mains chez les parents qui les utilisent, en passant par l’eczéma aéroporté en rapport avec la présence de la molécule dans des peintures à l’eau, les manifestations sont multiples. Et peuvent se combiner ! Ainsi peut-on citer les cas d’enfants probablement sensibilisés par l’emploi de lingettes, qui ont ultérieurement présenté un eczéma du visage après exposition par voie aérienne à la méthylisothiazolinone présente dans les peintures de logements fraichement repeints.

L’information du consommateur sur la composition des produits qu’il utilise prend ici encore toute son importance.

JeanFrançois Fontaine, allergologue et gérant d’Eassafe
En savoir plus sur Eassafe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *