Extrait livre noir – ET A LA CANTINE, ON FAIT COMMENT ?

La gourmandise punit parfois sévèrement les petits garnements. Lors d’une fête organisée par ses parents, Antoine, six ans, se gave de gâteaux apéritif et avale pour la première fois cinq ou six noix de cajou. Dix minutes, de la gorge, il se plaint de démangeaisons de la bouche, de la gorge, des yeux,  il éternue, son nez coule, ses yeux deviennent rouges et larmoyants.

Ses parents lui administrent immédiatement un sirop anti-allergique qu’ils gardent à la maison, son frère aîné étant allergique qu’ils gardent à la maison, son frère aîné étant allergique au chat.  Au bout de trente minutes, les symptômes s’estompent. Lors de la consultation chez l’allergologue, on vérifie ses antécédents sans retrouver d’allergie connue. On contrôle également les étiquettes des gâteaux apéritifs consommés. Elles ne contiennent ni arachide ni fruit à coque. Seuls les tests cutanés et biologiques isolée à la noix de cajou. Les réactions à la noix de cajou demeurent assez rares mais sont néanmoins en augmentation : elles représentent 10 % des allergies aux fruits à coque, lesquelles totalisent 2,5% des allergies alimentaires de l’enfant et un plus de 15% de celles des adultes. Chez les petits, et quelles que soient les différentes de culture et d’habitudes alimentaire, on retrouve à l’origine des allergies les mêmes produits ou ingrédients, les œufs, le lait, le poisson, les crustacés (surtout les crevettes) et l’arachide. Notons que la France se distingue par deux particularités. Une allergie à la noisette, du fait que nos chères têtes blondes se goinfrent de Nutella, alors que les petits Anglo-Saxons préfèrent le beurre de cacahuète. Et celle au kiwi, qui reste largement inexpliquée.

 

Ecrit par le Dr Isabelle Bossé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *