Extrait livre noir – Pollens : Des jardins qui font tousser

Tous aux abris, voilà les pollens. Chaque année ou presque, à la belle saison, c’est le même refrain. On éternue en rafales, on pleure, la gorge démange, les yeux piquent … la fête printanière  est gâchée par ces maudits pollens transportés par le vent, le vent mauvais. En général, on n’en fait pas une maladie mais parfois, oui.

Le fameux rhume des foins – rhinite allergique, en langage médical – affecte environ 30% des Français de plus de quinze ans, selon le dernier rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Les enfants ne sont pas é pargnés. Toujours selon l’ANSES, les pollinoses – troubles provoqués par les pollens – touchent 7% des six-sept ans, et près de 20% des neufs-quatorze ans. Au total, ce sont donc plusieurs millions de personnes – petits et grands – qui éternuent, dorment mal, dont les activités scolaires ou professionnelles sont perturbées par les pollens. Paradoxe, les pollinoses sont plus fréquentes dans les villes, là où plantes et pollens sont pourtant plus rares.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *