Peut-on être allergique et jardinier ?

A chaque printemps de plus en plus de personnes sont gênées par des manifestations allergiques qui deviennent de plus en plus longues et sévères ; les symptômes comme les éternuements, le nez qui gratte, qui coule, les yeux irrités, les démangeaisons, et les difficultés respiratoires les empêchent  de profiter pleinement des jours de beau temps de mars à juillet.

Le printemps marque le réveil de la nature, avec son lot de pollens soulevés par le vent lors de la pollinisation ; l’apparition de ces pollens aggrave souvent les manifestations allergiques et peut déclencher une rhinite allergique saisonnière chez 75% des allergiques aux pollens.

La rhinite pollinique, aussi appelée rhume des foins, est provoquée par le contact des pollens avec la muqueuse du nez ; quand la quantité de grains de pollens dans l’air est élevée, comme en cas de forte pollinisation par le vent, les symptômes de rhinite ou de rhino conjonctivite apparaissent ou s’aggravent. Les personnes affectées appréhendent cette période de l’année et évitent de sortir, alors que l’envie de profiter du jardin en fleurs est présente !

Les pollens provenant de différentes plantes ont des pouvoirs allergéniques divers, et les conditions climatiques peuvent influencer le taux de pollens dans l’air ; Il est donc possible d’éviter ou de diminuer les symptômes de rhinite allergique en adoptant certaines mesures de prévention et en suivant certains conseils, sans avoir à renoncer à s’occuper de ses plantes.

Limiter les symptômes pour mieux profiter des beaux jours à venir,

Aménager un jardin hypoallergénique    

Les pouvoirs allergisants des plantes étant différents, certains jardins pourront être mieux supportés. L’exposition aux pollens sera moins importante sans compromettre l’esthétique du jardin !

Jardins à la française :

Ce sont des jardins « classiques » composés de plantes d’agrément, à la recherche de la perfection ; ils sont souvent géométriques, avec des plantes vertes bien taillées, formant des murs et des parterres de fleurs en décoration. Ces jardins ne produisent pas de floraison importante et leur configuration favorise les familles de plantes qui émettent peu de pollens, comme les rosiers, les géraniums, et le buis ; ce type de jardin est conseillé, car l’exposition aux pollens peut être diminuée par le choix de plantes, sans compromettre l’attrait du jardin.

Jardins japonais :  

 Ils favorisent les éléments minéraux comme le sable, les graviers, les roches et l’eau. L’esprit « zen » de ce type de jardins est conçu sur des principes de miniaturisation et de symbolisme. Il est possible de recréer des paysages dans un espace restreint en utilisant des éléments décoratifs comme des lanternes, en installant des bassins et en créant des chemins de pierre ou de graviers. Ces jardins sont souvent composés de plantes peu allergisantes, comme les bambous, les fougères et les plantes d’eau.

Les arbres sont taillés de façon esthétique, ce qui réduit l’émission de pollens, tout en gardant l’attrait du jardin. Les roches, le sable, et les graviers peuvent remplacer la pelouse, limitant encore l’exposition aux pollens, tout en gardant dans l’esprit un beau jardin.

Les terrasses : 

L’aménagement de la terrasse abritée du vent, bordée de plantes de terre de bruyère et à proximité de la maison est recommandé pour profiter du jardin, un peu plus à l’abri des pollens.

Les haies :         

Les haies protègent des pollens étrangers, mais libèrent moins d’allergènes quand elles sont taillées. Il faut donc choisir des plantes à haies émettant moins de pollens ou opter pour des clôtures en bois ou métalliques agrémentées de plants grimpantes ou sans rien, pour réduire le risque d’allergie en gardant un aspect naturel. Il est aussi possible d’utiliser un muret de pierre orné de plantes de rocailles.

Les bassins :  

Il est possible d’installer des bassins avec des plantes flottantes et des plantes de berge, comme les nénuphars et les joncs, car celles ci dégagent moins de pollens tout en redonnant un aspect floral au jardin.

 Les plantes à éviter :

  • cupressacées : Cyprès et Thuyas
  • les oléacées : Frêne et Olivier
  • les platanacées : Platane
  • les bétulacées : Bouleau, Charme, Aulne, Noisetier
  • les fagacées : Chêne et Châtaignier
  • les salicacées : Peuplier et Saules
  • les tiliacées : Tilleul
  • les graminées fourragères : Dactyle, Ivraie, Fétuque, Chiendent, Pâturin
  • les graminées céréalières : Blé, Avoine, Orge, Maïs, Seigle
  • les herbacées : Armoise, Ambroisie, Plantain, Pariétaire, Ortie, Oseille, Chénopodes

Les plantes à favoriser :

  • les plantes d’eau : flottantes (nénuphar, Lotus, Jacinthes, Capucines …) ou plantes de berge (Joncs, Iris, Euphorbes..)
  • les plantes de décoration : grimpantes (Chèvrefeuille, vigne vierge, Hortensia grimpants, Jasmin …), et plantes de bruyère (Azalées, Rhododendrons, Camélias, Erables ..)
  • les plantes anémophiles légumineuses (Genets, Acacias, Robiniers..) ou scrofulariacées (Digitales, Gueules de loup..)
  • les haies : Charme, Houblon, Chêne verts, Troènes, Buis, Romarin officinal, Oranger du Mexique, Laurier..)
  • les fleurs : Chrysanthèmes, Véroniques, Clématites, Géraniums, Acanthes, Delphiniums, mais aussi Rosiers, Orchidées.
  • les plantes aromatiques : Sauge, Basilic, Ciboulette, Lavande, Menthe, Persil, Thym, Estragon .
  • les bambous, les palmiers, les mousses et fougères.

 Les dangers de la pelouse :    

La pelouse est un piège à pollens car ils s’y déposent en grande quantité. Il est donc conseillé de ne pas la tondre personnellement, si cela est impossible de l’éviter, il est préférable de :

  • tondre régulièrement, au moins deux fois par semaine, avec une hauteur de coupe de 2 à 2.5cm .
  • renoncer aux engrais pour éviter que le gazon ne pousse trop vite .
  • tondre le matin, à la rosée quand l’herbe est encore humide et colle les pollens, pour empêcher leur soulèvement dans l’air.
  • éviter de tondre les jours secs, au moment où les pollens volent le plus haut ou à l’inverse quand le gazon est trop humide, car l’herbe risque de bloquer la tondeuse. Eviter les tondeuses rotatives car les hélices projettent les pollens dans l’air ; préférer les tondeuses manuelles hélicoïdales à lames tranchantes , elles possèdent un rouleau aplatissant qui évite la projection des pollens dans l’atmosphère.
  • aérer la chambre et les pièces tôt le matin, quand la quantité de pollens est la plus faible.
  • ne pas sécher le linge à l’extérieur pour que les pollens ne s’y fixent pas, surtout les jours de vent ;
  • maintenir les fenêtres fermées en cas de temps ensoleillé et venteux.
  • poser des filtres anti pollens au niveau des fenêtres et portes pour empêcher le passage d’allergènes.

Une autre alternative est de remplacer le gazon par du gravier ou des surfaces recouvertes de dalles de pierre.

Les meilleurs moments pour jardiner

Les plus fortes pollinisations se produisent en l’absence de pluie, par temps ensoleillé et chaud ; le vent est un facteur important car il maintient les pollens en suspension dans l’air. Certaines conditions sont donc recommandées pour le jardinage, afin de profiter du jardin en toute quiétude :

  • les journées, fraîches en hiver, conviennent à la taille et au bâchage des arbres et des haies
  • les journées chaudes et sans vent, le matin avant 8h quand il y a moins de pollens dans l’air
  • les journées humides et sans vent, quand la plupart des fleurs sont fermées et dégagent donc moins de pollens
  • après de fortes pluies car les précipitations « lavent » l’atmosphère des pollens

Il est déconseillé de jardiner en cas de tempête et de vent.

Les vêtements à porter pour jardiner :    

  • porter des lunettes de soleil pour protéger les yeux et limiter le risque de conjonctivite
  • porter un chapeau ou un foulard pour protéger les cheveux
  • porter un masque couvrant la bouche et le nez pendant les périodes les moins appropriées ou lors de la taille des plantes à pollens (masques avec filtres anti-pollens du commerce)
  • éviter de porter des vêtements en laine ou en tricot qui retiennent les pollens
  • utiliser une tenue de jardinage spécifique et la laver souvent.

 Après le jardinage :   

  • enlever la tenue de jardinage en dehors de la chambre et prendre une douche pour éviter d’être en contact avec le pollen resté sur les vêtements .
  • laver les cheveux dès que possible après le jardinage ou au moins avant de se coucher afin d’éviter la déposition des pollens sur l’oreiller et de déclencher une réaction allergique nocturne.
  • laver les yeux à l’eau claire sans frotter.

En cas de symptômes :

  • ne pas se frotter les yeux quand les démangeaisons surviennent .
  • se rincer régulièrement le nez avec du sérum physiologique et utiliser des protecteurs en sprays pour la rhinite allergique ;
  • conduire les vitres fermées en voiture pour éviter l’entrée des pollens dans les voitures (attention en moto, les éternuements sont dangereux) .
  • installer des filtres anti pollens en plus de la climatisation de la voiture, et ne pas oublier de les changer tous les 20 000 km; ils diminuent l’entrée des pollens et épurent l’air provenant de la climatisation.
  • Un écart de 4 à 5° est recommandé entre la température de la voiture et celle de l’extérieur.

Tous les jours profiter du beau temps en limitant les sorties par temps ensoleillé et venteux, surtout pendant les pics de pollens, éviter de sortir en début de matinée ou en fin d’après midi (quand la quantité de pollens est la plus forte), éviter à cette période, les pique niques sur l’herbe !

En vacances, choisir de préférence le bord de mer, car il y a moins de pollens qu’à la campagne, éviter la montagne en juillet et aout, à moins d’aller très haut en altitude où il n’y a pas de plantes.

En suivant ces conseils, l’allergique pourra beaucoup mieux profiter de son jardin et de ses vacances !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *